Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN Dutch NL English EN French FR Portuguese PT

Le Sénégal sera davantage « un pays gazier que pétrolier » selon le ministre du pétrole et de l’énergie.

Le Sénégal sera plus un producteur de gaz que de pétrole. L’affirmation émane de l’autorité gouvernementale en charge de ces deux domaines qui, présentement, cristallisent tant de passions au Sénégal. Mieux, dans cet entretien exclusif avec Le Soleil, Mouhamadou Makhtar Cissé délivre un exposé limpide, bien que technique, qui porte un état des lieux exhaustif qui permet de saisir, à leur juste mesure, le potentiel considérable dont peut se prévaloir le Sénégal dans les domaines des énergies, singulièrement le pétrole et le gaz.

 

Le Sénégal est considéré aujourd’hui comme faisant partie des pays africains les plus riches en pétrole et gaz. Concrètement, au regard des découvertes actualisées, peut-on avoir une mesure du potentiel exploitable ?

 

’’Sur la base des découvertes faites au Sénégal en hydrocarbures, notre pays sera plus un pays gazier que pétrolier. Les découvertes pour le gaz sont en effet plus importantes. Le potentiel est de l’ordre de 910 milliards de mètres cubes. S’agissant du pétrole, les ressources en place sont estimées à environ 3, 7 milliards de barils pour le gisement SNE (Shelf Nord Edge)’’, a-t-il notamment expliqué dans l’entretien paru mercredi.

(Ndlr : Tcf ou Trillion cubic feet, en français Téra pied cube, est une unité de mesure de volume). Nous avons 20 Tcf (environ 560 milliards de mètres cubes) du gisement dénommé « Grand Tortue/Ahmeyin), à cheval entre le Sénégal et la Mauritanie, à partager entre les deux pays, soit 10 Tcf (environ 280 milliards de mètres cubes) pour chaque pays avec un début de production prévu en 2022. Concernant le bloc de Cayaar Offshore Profond, nous avons respectivement 15 Tcf (environ 420 milliards de mètres cubes) de ressources récupérables sur le gisement Yakaar, et 5 Tcf (environ 140 milliards de mètres cubes) sur le gisement de Teranga. Enfin, nous avons 2,5 Tcf (environ 70 milliards de mètres cubes) de gaz naturel associé et non-associé pour le gisement de Shelf Nord Edge (Sne), à 90 km environ des côtes dakaroises, avec un début de production de gaz prévu à partir de 2024. Pour ce qui concerne le pétrole, les ressources en place sont estimées à environ 3,7 milliards de barils de pétrole pour Sne dont 2,5 milliards de barils de pétrole pour Fan-1.

’’Depuis 2014, SNE a fait l’objet d’évaluation (avec 8 puits d’exploration forés puis rebouchés). Les ressources récupérables sont évaluées à environ 563 millions de barils avec le démarrage de la production prévu en 2022’’, a fait savoir Cissé.. Il reste plusieurs autres pièges à tester par forage sans compter le potentiel probable en onshore (terre ferme), qui n’est pas encore exploré. En définitive, les ressources gazières, de classe mondiale, découvertes au large du Sénégal, nous classent au 5ème rang en Afrique et au 27ème rang mondial (sur la base des données de la revue statistique Bp) dans le monde. Globalement, nos ressources en hydrocarbures (pétrole et gaz réunis) placeraient notre pays au 7ème rang en Afrique et au 25ème rang niveau mondial. C’est dire, effectivement, qu’avec la mise en production de ces différentes découvertes, le Sénégal entrera dans la cour des grands pays producteurs d’hydrocarbures en Afrique, particulièrement de gaz.

 

Si vous aviez un message à donner aux jeunes par rapport à la promesse du pétrole, lequel serait-il ?

 

Je voudrais leur dire que les ressources appartiennent aux générations actuelles, mais surtout à celles futures. Le cycle de revenus situe l’exploitation optimale vers la 20ème année sur des durées de 30 à 40 ans. C’est pourquoi un dispositif légal est mis en place, avec la loi sur le partage des revenus pour garantir des retombées au-delà du cycle de vie des projets. Il appartient donc aux jeunes de bien se former pour prendre toute leur place dans le contenu local mais aussi préparer l’avenir de leurs enfants, celui des générations futures. La qualité des ressources humaines fait la différence entre les nations, beaucoup plus que le volume des ressources naturelles. L’avenir leur appartient, il faut le préparer.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by Live Score & Live Score App