Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN Dutch NL English EN French FR Portuguese PT Spanish ES

Contestations après le dernier scrutin au Burundi

Partage sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résultats partiels de ces élections générales qui se sont tenues mercredi, dont une présidentielle disputée sans le sortant Pierre Nkounziza, ont été annoncés jeudi au journal de 20h00.

 

Le leader du principal parti d’opposition du Burundi a qualifié de « fantaisistes » les résultats partiels portant sur 12 % des 119 communes, accordant au candidat du pouvoir, Évariste Ndayishimiye, une victoire écrasante.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Pierre-Claver Kazihise, avait appelé jeudi matin les burundais à faire preuve de patience, avant la publication des résultats partiels, attendus au plus tôt à partir de vendredi.

 

Ces résultats partiels donnent par exemple au candidat du parti au pouvoir CNDD-FDD, Evariste Ndayishimiye , 73,9 %, contre 24,6 % à Agathon Rwasa dans la commune de Kabezi, dans le Bujumbura rural, pourtant considéré comme un fief historique du chef de l’opposition. Des résultats qui étaient « joués d’avance », selon Thierry Vircoulon.

« Les résultats qu’on est en train de proclamer sont fantaisistes, ils ne collent pas avec la réalité », a déclaré jeudi soir Agathon Rwasa. Je le dis parce que hier (mercredi soir,) lorsqu’on a commencé à faire le comptage des voix, on était en tête. Les résultats que nous avons démontrent que nous le sommes toujours », a-t-il poursuivi, assurant avoir « gagné ». « Les chiffres qu’on est en train de balancer sur les ondes sont le résultat d’une pure manipulation ».

 

Bourrage d’urnes, votes multiples, usage abusif de procurations, arrestations de plus de 200 de ses assesseurs politiques et militants entre autres : le parti CNL dénonce depuis mercredi de « très nombreuses irrégularités ».

Face à ces accusations, ni la Commission électorale nationale indépendante, ni le CNDD-FDD n’ont réagi jusqu’ici.

Agathon Rwasa assure qu’il saisira « le moment venu » les organes habilités à trancher le contentieux électoral, même s’il dit ne pas faire confiance à la Ceni et à la cour constitutionnelle actuelles.




Powered by Live Score & Live Score App